Institut
Raymond Mondon
Menu
Edito
Anne STEMART,
Présidente de l'Institut


Voir grand pour demain

Ma rencontre avec l’historien et passeur de mémoire, Gaëtan Avanzato nous a permis d’évoquer ensemble le parcours de Raymond Mondon, homme de conviction, de courage et d’action, un maire visionnaire dans le développement et la modernisation de Metz de 1947 à 1970, conseiller général et député de Moselle, ministre de Pierre Mendès France et de Georges Pompidou, un homme politique animé par des valeurs de patriotisme et d’ambition pour la Lorraine et la France.

Lire la suite...

Raymond Mondon, le Donjon de Metz

L’émouvant Adieu d’un enfant à Raymond Mondon, en janvier 1971, en l’église d’Ancy/Moselle

9 avril 2014 - Author: admin

INSTITUT RAYMOND MONDON – Centenaire de la naissance de Raymond Mondon – Ancy/Moselle – 8 mars 2014

L’émouvant adieu d’un enfant à Monsieur Raymond Mondon en Janvier 1971 en l’église d’Ancy

Ancy/Moselle : Il y a avait beaucoup de monde en l’église d’Ancy, au service de requiem célébré pour le repos de l’âme de M. Raymond Mondon. Il parut plus heureux à M. l’abbé Petitmangin, curé de la paroisse, de céder la « parole » à un garçonnet de la localité (Vivian Royer, 11 ans), que de prononcer lui-même un éloge funèbre du disparu, et pour cela, rédigea un texte très simple, dont nous reproduisons les termes ci-dessous. Sous les mots de cet adieu reconnaissant à M. Mondon, chacun retrouvera ses propres sentiments.
Le Républicain Lorrain, janvier 1971.

« Amis de notre cher disparu, M. Raymond Mondon, Monsieur le Curé m’a chargé d’exprimer, ici, en son nom, les sentiments qu’il éprouve en ce jour où toute la paroisse se recueille dans cette église et prie Dieu pour le repos de l’âme de l’illustre enfant d’Ancy qu’était Raymond Mondon.
Cher monsieur Mondon, voilà que vous reposez maintenant dans la tombe même de vos grands-parents et de vos propres parents. Vous avez voulu reposer auprès d’eux, venir aussi reposer auprès de nous tous, dans ce cimetière que vous veniez fréquenter si fidèlement et pendant de si longues années. Vous voilà donc revenu pour toujours parmi nous, au milieu de notre population qui vous connaissait si bien, qui vous estimait beaucoup et que vous aimiez tellement. Oui, vous aimiez tellement votre Ancy, berceau de vos jeunes années.
Vous avez tant fait pour Ancy, vous avez tant fait pour votre chère ville de Metz, pour notre Lorraine et pour notre patrie que vous avez si bien servie.
Ici, dans notre gros village, vous aviez un bon mot pour tous ceux qui vous rencontraient ; et quand le plus déshérité de notre bourg sollicitait une aide de votre part, jamais vous ne lui refusiez vos services ; vous aviez le cœur sur la main et vous faisiez l’impossible pour aider dans toute la mesure de vos moyens qui étaient grands et efficaces.
Cher monsieur Mondon, nous savions tous, même nous, les petits enfants des écoles, nous savions tous que vous étiez très malade et que, pendant une longue année, vous avez beaucoup souffert. Pourtant, malgré votre visible fatigue, vous nous aviez quand même honorés de votre si amicale présence, lors de notre dernière kermesse paroissiale; là encore, vous aviez un bon mot pour petits et grands. Et lorsque vous disiez « Au revoir » à sœur Thérèse, vous ajoutiez, comme si vous pressentiez, dès le mois d’octobre dernier, votre départ de ce monde, oui vous disiez à sœur Thérèse : ma Sœur, priez pour moi ». Nous avons d’ailleurs tous prié pour vous.
Vous avez été élevé chrétiennement; vous avez vécu chrétiennement et vous êtes mort chrétiennement.
Que de grandes leçons vous nous avez laissées !
Au nom de tous les enfants d’Ancy, au nom de tous nos parents, au nom de la commune, au nom de toute la paroisse d’Ancy, je viens vous dire ici, cher monsieur Mondon, et de tout cœur, toute notre sincère reconnaissance pour l’affection, pour le dévouement que vous nous portiez à tous.
Que le Bon Dieu, après votre vie hélas ! trop brève, mais si bien remplie de travaux et de peines, vous accorde auprès de Lui le repos d’une bienheureuse éternité et dans la compagnie de vos chers ancêtres.
Enfin, que ce témoignage d’affection que je viens de lire bien maladroitement, mais avec tout mon cœur, soit pour votre très aimée épouse, madame Mondon, une grâce d’encouragement dans sa lourde épreuve, dans sa cruelle solitude. A Dieu, cher monsieur Mondon, et reposez maintenant dans la paix du Seigneur. »

INSTITUT RAYMOND MONDON
Histoire – Politique – Prospective

Siège social : Hôtel de ville – Place d’Armes – 57000 METZ
Présidente fondatrice : Anne STEMART, Biographe : Gäétan Avanzato
contact@raymond-mondon.fr – Tél. 06 29 45 03 59- www.raymond-mondon.fr

Commémoration du Centenaire de la naissance de Raymond Mondon, le 8 mars 2014, à Ancy/Moselle

- Author: admin

Toutes les photographies du Centenaire de la naissance de Raymond Mondon organisée le 8 mars 2014 à Ancy-sur-Moselle

9article(s)

Télécharger le discours de Gilles SOULIER, Maire d’Ancy-sur-Moselle »

Télécharger le discours de Dominique GROS, Maire de Metz »

Le gaullisme en deuil

22 février 2014 - Author: admin
Le gaullisme en deuil
Hommage à Jean Charbonnel, Ancien Ministre du Général de Gaulle et
Président d’Honneur de l’Institut Raymond Mondon

 

Jean Charbonnel

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Charbonnel, ancien ministre du Général de Gaulle et de Georges Pompidou, Président d’Honneur de l’Institut Raymond Mondon et Anne Stémart, Présidente fondatrice de l’Institut Raymond Mondon, à Metz, le 3 décembre 2011.

En arrière-plan, Dominique-Eugène Rheims, vice-président de l’IRM et Jacques Trorial, ancien ministre du Général de Gaulle et de Georges Pompidou.

Jean Charbonnel

Jean Charbonnel était l’un des derniers ministres encore en vie du Général de Gaulle quand il est venu à Metz le 3 décembre 2011 soutenir, en tant que Président d’Honneur, la création de l’Institut Raymond Mondon.

Après avoir commencé sa carrière politique au Mouvement républicain populaire, il le quitte en 1947, ce parti refusant la double appartenance avec le RPF de de Gaulle. Il rejoindra plus tard l’Union démocratique du travail, le parti des gaullistes de gauche. Il était l’organisateur de l’opération « Jeunes loups », dont le but était de promouvoir une nouvelle génération de cadres gaullistes, souvent issus comme lui de l’ENA, aux élections législatives de 1967.

Ancien député et maire de Brive-la-Gaillarde, Jean Charbonnel a été ministre de Charles de Gaulle puis de Georges Pompidou. Normalien et agrégé d’histoire, il était l’auteur de plusieurs ouvrages dont « Pour l’honneur du gaullisme » qu’il était venu dédicacer à Metz en décembre 2011 lors du 1er colloque de l’Institut Raymond Mondon, aux côtés de Gäétan Avanzato, biographe messin de Raymond Mondon, conseiller historique et politique de l’IRM pour la réédition de la biographie de Raymond Mondon aux Editions des Paraiges.

Jean Charbonnel et Raymond Mondon

Jean Charbonnel avait accueilli Raymond Mondon à Brive-la-Gaillarde en mars 1969 quand il venait défendre le oui au référendum sur la réforme du Sénat et des Régions. « Le gaullisme de Raymond Mondon a toujours été sans faille, sauf dans la période de 1952 à 1958 où il a soutenu l’effort des gaullistes dissidents (ARS), qui, en votant pour Pinay, ont fait éclater le RPF. En dehors de ce fâcheux épisode, il ne s’est jamais aligné sur les positions de la droite conservatrice. »

La France perd un homme de grande valeur, un bel esprit indépendant pour défendre les valeurs du gaullisme. L’Institut Raymond Mondon perd un ami et un guide qui a su transmettre et partager avec une génération de jeunes élus, sans nostalgie d’un passé qui ne reviendra pas, l’ambition d’incarner à nouveau, pleinement, la France dans l’Histoire.

Anne STEMART,

Présidente fondatrice de l’Institut Raymond Mondon

 


L'ombre de Raymond Mondon plane toujours sur la ville qu'il administra de 1947 à 1970...
Commander le livre

Film documentaire « Raymond Mondon, un destin inachevé » prix de vente 15 euros TTC (frais de port compris)
Commander le film

Adhérer
Nous contacter